jeudi 30 octobre 2008

Fireman Thomas

Non, non, je ne parle toujours pas de costumes d'Halloween. Ni des progrès de Sir Thomas, d'ailleurs. Je parle du pompier qui est passé, hier, parler à la classe d’Annette. Il leur a décrit en détails ce qu’il fallait faire en cas d’incendie à l’école ou à la maison: crier “Fire!!!", se souvenir de “Stop, Drop, and Roll”, ne pas oublier de pousser une porte surchauffée du dos de la main pour ne pas se brûler les paumes et pouvoir continuer à se déplacer à 4 pattes sous la fumée, etc, etc…
Il doit bien raconter, Fireman Thomas, parce qu’Annette a tout répété, probablement mot pour mot, dans la voiture en rentrant de l’école, puis le soir, à table. Elle nous a tout expliqué, avec de grands gestes et les yeux écarquillés: les enfants ne doivent jamais, JAMAIS, jouer avec des allumettes, ni un briquet, et jamais avec une hâche non plus, “or they could get KILLED!” Son ton et ses manières nous donnaient envie de sourire, mais devant la gravité du sujet, nous nous sommes contentés d’acquiescer et de renforcer les recommandations du pompier.
Cependant, quand Annette est venue me chercher à 4 heures du mat, paniquée à l’idée de la possibilité d’un incendie dans la maison en pleine nuit, j’avais déjà moins envie de sourire… Il faut dire que Fireman Thomas avait aussi expliqué qu’en cas d’incendie à la maison, pendant la nuit, il peut arriver que les parents soient obligés de sortir de la maison, que les enfants restent seuls dans leur chambre, auquel cas les parents ne doivent absolument pas retourner dans la maison pour aller les chercher (euh, oui, moi aussi, ça me fout les boules un scénario pareil…): c’est les pompiers qui viendraient les sauver. Cette éventualité, a, je crois, été un peu traumatisante…
Voilà le prix de l’information et de la préparation: pour préparer les petits, il faut malheureusement aborder des sujets et des éventualités qu’on préférerait ne jamais avoir à envisager. La veille de la visite de Fireman Thomas, l’école s’était déjà entraînée au “Code Red” (plan mis en place pour répondre, notamment, à l’irruption d’une personne armée dans l’enceinte de l’école). J’avais, heureusement, réussi à éluder la réponse à la question: “Et qu’est-ce qu’il ferait, le monsieur, s’il nous trouvait?” Parce que là, entre les incendies et les tireurs fous, sans compter le grand méchant loup, il devient difficile de dormir tranquille sur ses deux oreilles, surtout quand on n'a que 5 ans..

4 commentaires:

ariana a dit…

pauvre puce! -- et pauvres vous!
Ca devait être la semaine Fire Drill, parce que Minna nous a fait tester les fire alarms de la maison, c'était son homework!!!
Maintenant, c'est No to Drugs. Bon, on suit.

severine a dit…

capucine y a eu droit aussi jhier ! je trouve ca super car jamais en france les 2 grands n'ont eu droit a ce genre d'intervention en france ...

Flo a dit…

@Ariana et Severine: quand on change d'heure, on change les piles dans le smoke detector, et les pompiers font la tournee des ecoles. Je crois que c'est devenu une tradition.
Notre assurance nous envoie chaque annee deux nouvelles piles, et cette fois, je crois qu'on va bien marquer le coup avec Annette pour la rassurer.

Mimi a Houston a dit…

Ouais c'est pareil ici et ca m'enerve. Je trouve que la prevention c'est bien mais qu'ils vont toujours trop loin. Est ce la peine d'effrayer des enfants de 5 ans a ce point ? (C'est comme leur parler du 11 Septembre en maternelle, je n'en vois pas l'interet...)
Mimi a Houston ,qui n'arrive pas a s'identifer avec le google truc.