lundi 31 mars 2008

To do or not to do

Pour se souvenir des leçons de natation, des matches de foot, des rendez-vous chez le docteur, des fêtes d'anniversaire, des journées pédagogiques, des factures à payer, et des 2394 autres choses qu'il ne faut pas oublier de faire une semaine après l'autre - même quand on ne travaille pas - chacun à sa méthode: un agenda, un calendrier, un calepin, des post-its, un petit coin dans sa mémoire, etc... Moi je note tout, tout de suite, sinon j'oublie. Quand je travaillais, je ne jurais que par l'agenda Ministre Quo Vadis, une semaine sur deux pages, avec des colonnes verticales pour chaque journée. (Très important, la colonne verticale, parce que c'est comme ça que j’envisageais une journée, comme une colonne structurée, égrenée par chaque heure qui passait, toujours trop vite, et non pas comme un paragraphe, format trop linéaire). Ces jours-ci, maman à plein temps, j’ai troqué mon Quo Vadis pour un BusyBodyBook: une semaine par page, organisé en colonnes également, mais cette fois, chaque colonne correspond à un membre de la famille. J’adore.
Ne restait plus qu'à trouver un format efficace pour la redoutable to-do list hebdomadaire. Mon BBB marche bien pour moi, mais pour mon chéri? Comment faire? J'ai essayé plusieurs techniques: un rappel le matin, avant ou après un dernier bisou à la fenêtre de la voiture: pas très efficace. Un petit email dans la journée, mais en quelques minutes à peine, mon message se retrouve au bas de la boite de réception et disparaît dans la masse des 153 autres rappels importants qu'il aura reçus après le mien. Un post-il collé à sa lunch box? Un coup de vent ou un courant d’air, et c'est fini. Mais hier, j'ai peut-être trouvé LA solution: un gadget rajouté à ma page Google personnalisée qui s'ouvre automatiquement quand nous lançons Internet: un post-it jaune virtuel, sur lequel je peux écrire ma to-do list, ou plutôt la sienne, en plusieurs couleurs, rose fluo, rouge qui pète, bleu criard, etc... Le regardera-t-il? Le verra-t-il? Pas sûr, mais j'espère que le message, même subliminal, passera...

vendredi 28 mars 2008

Ah, ces Suédois

Vous avez un bébé? Vous avez $6.75? Alors investissez-les dans un bavoir Baby-Bjorn. Fabriqué en Suède, avec fermeture réglable (parce que des cous de bébé, il y en a de toutes les tailles, et le nombre de mentons varie également...), il se rinse à l'eau et se sèche au torchon, c'est génial. 5 cents de moins que le bavoir Bumkins, fait aux USA et sans PVC, mais dont l'entretien est juste un peu moins facile. Après le Porte-Bébé Original (version climat froid) pour Annette à Chicago, et le Porte-Bébé Air pour Thomas (version climat chaud), je recommande donc ce bavoir super pratique, utilisé et approuvé par Sir Thomas lui-même.

Petit jeu 2


Allez, encore un petit jeu pour finir la semaine. Après avoir planché sur le titre de la fameuse sculpture en 3 parties (la dent + le monsieur + la dame) de Seward Johnson, je vous propose aujourd’hui de trouver le surnom donné à cet arbre photographié dans ma rue. Indice: le surnom lui vient de la forme de ses fleurs. Règle, comme la dernière fois: Point tu ne googleras / Seule ton imagination utiliseras... A vous de jouer et bon weekend!


jeudi 27 mars 2008

Fashion statement


Il n'est jamais trop tôt pour s'exprimer. Sur la photo de son passeport, à 3 mois, Sir Thomas l'affirmait haut et fort: "I love puppies" (J'adore les bébés chiens). Aujourd'hui, à presque 7 mois, c'est "Chicks dig me" (Les filles sont folles de moi), en attendant "Je roule pour Hillary - ou Obama" (on verra) - cet automne...



Idem pour la grande sœur, tout juste partie à l’école
(en attendant l'uniforme à la rentrée...):


mercredi 26 mars 2008

Deux rendez-vous hebdomadaires

Même si je n'ai pas d'autocollant sur ma voiture ni de pancarte dans mon jardin - enfin, pas encore - mon penchant pour le parti démocrate, et mon mépris pour le parti républicain ne sont un secret pour personne. Alors il va de soi que j'attende chaque semaine avec impatience le nouveau numéro de Newsweek pour y lire Anna Quindlen, et le nouvel épisode de Real Time with Bill Maher pour rire avec lui et ses invités de tout ce qu'il y a de plus déprimant dans l'actualité politique du pays. Deux rendez-vous hebdomadaires qui me confortent dans mes opinions et me réconfortent, aussi, en dénoncant, critiquant, analysant ce qui ne fonctionne pas dans la société américaine. En plus de ses opinions, le style direct, clair et efficace de Quindlen convient parfaitement à mon côté cartésien, et l'humour caustique, complètement irrévérencieux et qui n'épargne personne de Bill Maher est un régal pour un sens de l’humour acquis en France. Quindlen n’y va pas par 4 chemins, comme vous pouvez le voir ici ou , et Bill Maher le dit comme il le pense, comme ici, où il prend la France et les Français en exemple (une fois n'est pas coutume...).

mardi 25 mars 2008

Toy story

Dans la catégorie "Things I cannot live / leave without" de Sir Thomas, on trouve les essentiels: Monsieur Crabe, Lalie, Sophie la Girafe, Chenille, son anneau de dentition préféré, et son doudou, qui n'est autre qu'un de mes langes (oui, oui, de quand moi j'étais petite) devenu "burp cloth" (traduction?). Les deux premiers ont été transmis de grande sœur à petit frère; l'anneau et la chenille sont des originaux, Sophie aussi - celle d'Annette, à force d’avoir été machouillée, n'avait plus de taches et ne faisait plus pouët-pouët. Il y a quand même des limites à ce qu'on refile au petit dernier... Si vous ne le saviez pas encore, eh bien la petite girafe française s'exporte: vous pouvez vous la procurer ici (pour le double de ce que vous auriez payé en France, c'est vrai, mais la petite touche française n'a pas de prix ...).

dimanche 23 mars 2008

Belle journée

Chocolats dans le jardin:



Et apéro à la plage:





















vendredi 21 mars 2008

Sortie entre filles

Aujourd'hui, c'est journée pédagogique à l'école et quartier libre pour les enfants. Annette et moi en avons profité pour aller faire un petit tour ce matin, rien que nous deux, pendant que Sir Thomas passait un peu de temps avec son papa.
Au programme:
*un petit détour par l'école primaire pour aller chercher le dossier d'inscription pour la rentrée. Remarquez le pas décidé d'Annette et le joli dessin sur la pochette du dossier, préparé par un élève de kindergarten pour les petits nouveaux de l'année prochaine:



*un gros pain au chocolat à la pâtisserie C'est la vie;


*et un bon moment passé à la bibliothèque municipale pour faire le plein de livres:


jeudi 20 mars 2008

Chacun fait ce qui lui plaît

Je sais que marcher à 4 pattes n'est pas une étape indispensable. Un bébé peut se mettre à marcher sans être jamais passé par cette étape intermédiaire. Mais mon Thomas (bientôt 7 mois), il lui prend une idée un peu saugrenue: il n'aime pas s'asseoir (dans un transat ou siège-auto, oui, mais pas tout seul comme un grand). Il n'aime pas beaucoup s’entraîner à cette position, il préfère être debout.


C’est comme ça.

mercredi 19 mars 2008

Le Beaba

Je viens de recevoir mon nouveau catalogue Williams-Sonoma et je découvre en pages 36-37 une petite machine qui m'intrigue: le "Beaba Babycook." Paraît-il qu'elle a fait un malheur en France. Si, si, je cite: "The baby-food steamer that has swept across France is now available here in the U.S. An easy way to prepare fresh, healthy meals for baby, it's a steamer, blender, reheater and defroster in one. Ideal for vegetables, fruits, meat and fish, the machine steam-cooks food in less than 15 minutes, preserving all those beneficial vitamins and delicious flavors, then purees or blends it to your desired consistency. It also offers super-fast reheating and defrosting of precooked foods, a real time-saver for busy parents." Bref, y en a pour tout le monde: pour ceux qui choisiraient de préparer eux-mêmes des petits plats faits maison et avec beaucoup d'amour pour junior, et pour ceux qui voudraient tout simplement faire vite fait. Alors la question que je me pose est la suivante: est-ce que le Beaba vaut les $139.95 qu'il me faudrait débourser pour l'acquérir, ou est-ce que je sens ma mémé, ma mami, et toutes nos grands-mères lever les yeux au ciel dans mon dos en se disant que je n'ai qu'à faire bouillir mes fruits et mes légumes dans une casserole comme tout le monde?

mardi 18 mars 2008

My tailor is rich

Tous les matins, au petit déjeuner, nous voyons passer, à peu près à la même heure, un monsieur dans sa camionnette "Sweeney Cleaning." Nous l'appelons "Le Cleaning" depuis que Mami l'a remarqué l'été dernier et ainsi surnommé. Ce matin, il est passé dans son créneau horaire habituel, mais plus près de 8 h 10 que de 8 h, à 8h09 très exactement. Alors Annette m'a demandé, en anglais, s'il allait arriver en retard au boulot. Je lui ai répondu "No, don't worry, he won't be late to work." Ce à quoi elle a répondu: "No, Maman: he won't be late for work, not to work." Ah, bon, d'accord, Miss Préposition. Voilà ma fille de 4 ans, 5 dans un mois, qui se met à corriger mon anglais (prononciation, y compris, quand je lui lis son livre du soir); ces petites erreurs qui n'empêchent pas la compréhension, mais sur lesquelles les adultes n'osent jamais vous reprendre; ces petites erreurs que votre chéri américain trouve si mignonnes, en plus de votre charmant petit accent si sexy, que vous êtes donc condamnée à les répéter et à ne jamais les corriger. Jusqu'au jour où.

lundi 17 mars 2008

Post sérieux, pour une fois

Il y a 5 ans, cette semaine, débutait la guerre en Irak. Tant que ce conflit durera, je saurai exactement quand il a commencé puisque j'étais à ce moment-là enceinte de 8 mois. Alors que les médias, américains en particulier, et les nombreuses conférences de presse des artisans de cette opération présentaient l'invasion américaine d'un point de vue diplomatique, militaire, stratégique, idéologique, politique, économique, etc..., je ne pouvais l'envisager, moi, que d'un point de vue tout simplement humain. Je ne pouvais m'empêcher de penser chaque jour aux femmes irakiennes qui, comme moi, attendaient la naissance de leur bébé dans les quelques semaines à venir, tout à coup terrifiées par l'incertitude et la violence qui s'annonçaient, leur vie soudainement bouleversée par un événement qui les dépassait. Comment imaginer ces dernières semaines de grossesse passées sous la menace des bombardements et dans le chaos le plus total, tout en se demandant s'il y aurait même de l'eau et de l'électricité le moment venu de la délivrance? Je me demande comment ces Irakiennes qui ont donné naissance au printemps 2003 ont vécu cette période, et surtout, je me demande ce qu'elles pensent de la situation dans leur pays 5 ans plus tard. Je ne peux m'empêcher de penser, également, à ces mères américaines dont les enfants ont payé de leur vie leur contribution à un conflit qui n'aurait jamais dû commencer.

vendredi 14 mars 2008

Interro

Je partage avec vous le "Manatee Quiz" de la semaine, préparé par les institutrices d'Annette (Manatee, c’est le nom de la classe de maternelle d’Annette dans son école):

Who discovered America?
Who lived in America first?
What is the name of America's special song?
What do you do when you see the flag or hear our National Anthem?
What are the colors of the American Flag?
How many stripes does our flag have?
How many stars does our flag have?
You are only allowed to fly a flag at night if...
What is America's birthday called?
Who is George Washington?
Where can you find George Washington's picture?


Voici plantées, chez ma fille, les graines d'un patriotisme à l'américaine qui sera renforcé d'année en année tout au long de sa scolarité. Hier après-midi, elle était en train de jouer quand tout à coup je l'entends dire "indivisible - under God," des bribes du Pledge of Allegiance dont ils ont dû parler cette semaine, et qu'elle récitera quotidiennement à partir de la rentrée. Aïe, aïe, aïe, pour la laïque que je suis! Au fait, vous avez trouvé toutes les réponses???
Si ce n’est pas déjà fait, passez chez Valérie pour un billet très intéressant et bien illustré sur le sujet.

jeudi 13 mars 2008

Petit coup de pub

Quelle est la dernière fois que vous avez entendu quelqu'un dire du bien d'une compagnie aérienne? Ça fait un bail, non? Bon, eh bien moi, j'ai quelque chose de positif à dire sur US Airways.
Tout d'abord, 2 points d'ordre général:
1) Quand vous appelez leur numéro vert pour les réservations internationales, vous ne passez pas 10 minutes à appuyer sur les touches de votre téléphone, tapez-ci, tapez-ca, ni - encore pire - à donner toutes sortes d'informations en répondant aux questions d'une femme-robot qui n'a aucune tolérance pour les accents étrangers. (Pourtant le mien n'est pas à couper au couteau, je prononce plutôt bien; mais si elle me fait répéter plus de 3 fois la même chose, je commence à m’énerver et je m'adresse à elle en français avec des phrases si longues qu'elle s'empatouille et me transfère vite fait à un être humain plus à même – non mais...). Bref, tapez 6, et ça sonne dans le bureau des agents en chair et en os.
2) Les-dits agents vous répondent dans les 2 minutes qui suivent. Oui, j'ai bien dit 2 minutes, et c'est parfois même moins.
La deuxième partie de ce post concerne mon cas particulier. Avec de la famille en France, de la famille sur la côte ouest, et nous pour ainsi dire au milieu, nous voyageons pas mal, et je passe donc beaucoup de temps sur Orbitz pour trouver des billets au meilleur prix. Nos projets de cet été nous menant d'un côté puis de l'autre, j'ai décidé d'opter pour une formule “triangle" afin de réduire le nombre d'atterrissages et de décollages, tout en espérant trouver un tarif raisonnable, semblable à un aller-retour tout court.
Je suis allée voir chez mobissimo.com, une espèce de google spécialisé dans les tarifs aériens. Au vu de mon itinéraire, Mobissimo m'a fait basculer sur Orbitz, et j'ai abouti exactement à ce que j'espérais: un triangle au prix d'un aller-retour, avec, en plus, de très bons horaires à chaque étape. Super. J’ai vite sorti ma carte de crédit pour sauter sur l’occasion. Mais le hic, (parce qu'il y a un hic, évidemment), c'est qu'Orbitz ne me donnait pas la possibilité d'acheter un billet enfant et un billet bébé in lap (sur les genoux) en plus des deux billets pour adultes.
Qu'à cela ne tienne, j'ai recommencé à zéro, en indiquant le même itinéraire, cette fois directement sur Orbitz, sans passer par Mobissimo, parce que là je pouvais sélectionner 2 adultes, 1 enfant, 1 bébé, au départ de ma recherche. Mais le tarif que j’ai obtenu par cette démarche était le double de ce que j'avais trouvé en passant par Mobissimo! Bizarre, non? J'ai téléphoné 2 fois à Orbitz pour expliquer mon terrible prédicament, mais aucun des 2 agents auxquels j'ai parlé ne pouvait expliquer cette situation, et, encore plus bizarre, ils ne trouvaient même pas l'itinéraire que leur indiquais, affiché là sur mon écran, sur leur propre site!!! C'est là que je reviens à mes moutons.
En désespoir de cause, j'ai téléphoné directo à US Airways pour leur demander si je pouvais acheter 3 billets sur Orbitz et les contacter ensuite pour leur dire "au fait, nous serons 3 + un bébé." Bien sûr, la réponse était "non" car le bébé doit être rattaché à un billet adulte. Mais la gentille dame à laquelle j'avais énoncé mon problème, je l'appellerai Peggy Sue, a proposé de m'aider: elle s'occuperait du billet pour moi et bébé, et je n'aurais qu'à acheter les 2 autres billets sur Orbitz. OK, mais combien un billet coûterait-il si je l’achetais directement à la compagnie aérienne? Je lui ai donné l'itinéraire exact que j'avais trouvé sur Orbitz, et elle m'a dit, "Je vais aller voir Ray et on va voir ce qu'on peut faire." Ça a pris un certain temps, mais elle est revenue et m’a annoncé avec son accent du sud traînant et très reposant dans ce genre de situation, qu'elle pouvait me faire le même itinéraire pour un peu moins cher. Great! Je lui ai vite demandé si, tant qu'à faire, elle ne pourrait pas nous faire les 4 billets? Elle pouvait essayer, mais il fallait qu'elle aille rediscuter avec Ray... Pas de problème, c'était prometteur, et j'étais prête à attendre le temps qu'il faudrait pour obtenir ces fameux billets.
Finalement, au bout d'1 heure 20 passée avec elle au téléphone, ça a marché, elle a pu faire les 4 billets. Pas une mince affaire, quand on pense que le voyage ne compte pas moins de 8 étapes et concerne 4 compagnies aériennes différentes. Alors bravo Peggy Sue (et Ray) et merci US Airways!

lundi 10 mars 2008

Des petits riens dont je veux me souvenir (1)

La première année, et surtout pour le premier enfant, on note tout, ou presque: premier sourire, première dent, premier pas, mais aussi première sortie au supermarché, premiers petits pois, premier pâté de sable, etc. Et puis, les années passent, et si on continue de s'émerveiller, de s'émouvoir ou de sourire, on prend un peu moins de notes qu'avant. Pourtant, je voudrais me souvenir que pendant longtemps Annette passait de ten à twelve en disant eleventeen; qu'elle appelait le Mac Do Old MacDonald, comme dans la chanson; qu'elle ne pouvait se lever le matin tant que je ne lui avais pas chanté the good morning song que j'avais inventée rien que pour elle; qu'elle ne pouvait commencer le cérémonial quotidien du coucher tant que blankie monster n'était pas passé; que pour elle, quelque chose que l'on fait beaucoup, on le fait sixty hundred times; qu'elle ramasse des acorns qu'elle aime mettre dans ses poches et que je retrouve, bien propres, dans la machine à laver; que, malgré une garde-robe bien garnie, elle ne porterait que son vieux caleçon brun tout passé et son t-shirt rose foncé si je la laissais; ou encore qu'hier, en m'entendant parler de ma conversation avec la maman de son copain, Hiresh, qui a fait une demande pour aller dans une private school, elle s'est tournée vers moi en s'exclamant: "Hiresh, he’s gonna go to pirate school!???" Des mots et des habitudes d'enfants, si simples, si précieux, mais si éphémères; des petits riens que je ne veux pas oublier.

samedi 8 mars 2008

Premier match de foot...


... et premier but, à la Thierry Henry, s'il-vous-plaît. Pas peu fiers, les parents...


video

vendredi 7 mars 2008

Pas de biberon, pas de problème

Sir Thomas a 6 mois, et il ne veut toujours pas du biberon. Alors ce matin, je me suis dit: "A quoi bon insister, sachant que de toute façon, à 12 mois, les pédiatres recommandent de passer à la sippy cup" - ce qui n'est pas toujours facile pour les habitués du bibi. J'ai donc décidé de passer directo à la sippy, et, au premier essai, Thomas avait l'air plutôt partant.


Au fait, comment dit-on sippy cup en français?

mercredi 5 mars 2008

Expo

Encore quelques sculptures découvertes samedi et réponse au petit jeu:



Barry Hehemann - Bench #9



Andrew Arvanetes - Tin Man




Jorge Blanco - Zephyrus



Jack Dowd - Happy Birthday Andy





Philip Jackson -Serenissima - Moonstruck



John Henry - Star Pointer




Seward Johnson - Comprehension


La Boudeuse


Une petite fille pas contente du tout parce qu'elle n'a pas pu rester au terrain de jeu assez longtemps à son goût…

lundi 3 mars 2008

Petit jeu

Je ne sais pas si c’est la sculpture que Thomas a vue samedi après-midi qui l'a tant impressionné qu'il lui en a poussé une dent...
Je vous explique. Ce weekend, nous sommes allés voir de plus près une exposition en place ici depuis novembre avant qu'elle ne se termine. A force de passer régulièrement en voiture à côté de toutes ces œuvres d'art et de ne les voir que fugitivement en route vers Lido Beach, nous avons décidé de prendre le temps de flâner le long du port de plaisance pour les apprécier comme il se doit. Et ça en valait la peine.
Toutes les sculptures étaient plus intéressantes les unes que les autres. Grandes, brutes, à portée de main. Cependant, entre toutes, voici celle qui fascine un peu plus que les autres et est, en fait, très controversée:




La majorité des gens ont surnommé cette œuvre en 3 parties: "The Tooth" (la dent). Vous voyez probablement pourquoi. Mais, comme vous vous en doutez, cette sculpture ne s'intitule pas du tout "The Tooth". D’où le jeu: à votre avis, quel nom le sculpteur lui a-t-il donné?





Attention, il y a une règle, et une seule, à respecter si vous voulez jouer: "Point tu ne googleras, seule ton imagination utiliseras." Pour plus de photos, cliquez sur le diaporama. Alors allez-y. Réponse à la fin de la semaine.
(Je précise que la petite fille à la veste rose ne fait pas partie de la composition...)

dimanche 2 mars 2008

Sir Thomas a 6 mois

Sir Thomas, comme le surnomme son pédiatre, Dr. Featherman, a 6 mois. Plus ou moins, car je ne sais pas exactement quand on doit fêter chaque mois de la première année si on est né, comme lui, un 31 août. Le dernier jour du mois, que ce soit le 30 ou le 31, ou le dernier jour du mois + 1 (ou + 2 en février d'une année bissextile)? Toujours est-il que Sir Thomas est en pleine forme, bien bavard et très actif. Bientôt en position assise autonome. Pas encore à 4 pattes, mais capable de se déplacer d'un bout à l'autre d'une pièce, à volonté, en roulant du ventre sur le dos et vice-versa; rien ne l’arrête, si ce n'est un mur, ou un meuble, à moins qu'il puisse se glisser dessous. Grand amateur de bouillie de céréales, mais toujours pas trop adepte du biberon (ça vient tout doucement), en tout cas prêt pour les pots de fruits et de légumes. Toujours aussi souriant et heureux, et bien dans son petit monde, entouré de papa, maman, Annette. Et parce qu'il fait bien les choses, Sir Thomas est fier d'annoncer aujourd'hui, comme pour marquer l'occasion, l'arrivée de sa toute première dent. Minuscule grain de sable au toucher sur ses gencives encore toutes lisses, je suis sûre qu'on la verra percer demain, cette jolie biquette.