mercredi 29 octobre 2008

De Frankenstein à Godzilla

Non, non, je ne parle pas de costumes d'Halloween. Je parle des progrès de Sir Thomas. Finie la démarche à la Frankenstein du mois dernier, où mon petit bonhomme calculait son coup et se lançait de la petite table au gros pouf, la tête la première, les bras levés, et un grand sourire d’auto-satisfaction en atteignant son objectif.
A presque 14 mois, confiant sur ses deux jambes, monsieur se la joue "Joe Cool, je me déplace en suçant mon pouce droit, en tenant doudou de la main gauche, les yeux fermés, même, si ça me dit". En fait, plus rien ne l’arrête (à moins qu’il ne se prenne les pieds dans doudou, qui a une fâcheuse tendance à traîner par terre). Quand il débarque dans la chambre de sa grande sœur, sa pièce préférée entre toutes, il n’épargne aucun obstacle. S’il passe à côté, tant mieux, sinon il écrabouille, sans égards, poupées, rails, peluches, et autres jouets non rangés. Et s’il piétine un livre ou un magazine, alors là, ça passe, ou ça dérape, c’est selon.
Marcher étant devenu un jeu d’enfant, Sir Thomas a récemment décidé de passer à l’étape suivante: grimper, en s'entraînant sur le bureau de sa grande sœur. Il est devenu difficile pour Annette d'y travailler, la place étant souvent prise. Le jeu de notre grimpeur en herbe consiste à s’asseoir, se lever, s’asseoir, se lever, etc..., et de temps en temps, pour épater maman, ou lui donner une petite frayeur, se mettre debout sur la chaise, avec un grand sourire et un regard coquin qui veut tout dire: “Je sais que je n’ai pas le droit, mais ça m’amuse beaucoup et j’attends de voir ce que tu vas me dire, des fois que les règles auraient changé depuis la dernière fois que j’ai essayé, il y a 2 minutes.”

Mon petit père devient donc grand et indépendant, comme il se doit. Mais, malgré tout, si je quitte la pièce dans laquelle il est en train de jouer, histoire d'aller me chercher un verre d'eau à la cuisine, il rapplique vite fait, lève ces grands yeux bruns vers moi, me tend sa petite main pour prendre la mienne, et il me ramène, de son petit pas, à mon point de départ, là, tout près de lui.

2 commentaires:

severine a dit…

Elliott hurle si je ne suis pas assise a cote de lui ... tu vas me dire apres toutes les aventures qu'il vit en ce moment ... m'etonne pas ! Il a un sourire craquant !!!

Flo a dit…

@Severine: oh oui, j'imagine que ton pauvre petit loup / bebe cascadeur, doit preferer avoir sa maman, la, tout pres de lui.